Mémoire dérobée

Dans un passage des Illuminations érotiques d’un profane, une chanson d’Interpol tourne dans la voiture. Un titre indéterminé. Everything Is Wrong, All The Rage Back Home, ou Pioneer to the Falls, dont les notes d’introduction suffisent à me replonger dans l’état qui était le mien au moment de l’écriture du livre.

Suggestion hypnotique, mémoire dérobée, simple nostalgie, je ne saurais donner une explication au phénomène. Ces titres se sont mélangés à l’époque en un fond sonore abstrait, au point de former un magma de riffs répétitifs et de lignes de basses entêtantes.

Je n’irais pas jusqu’à mettre en ligne cette playlist. Ce qui pourra intéresser le lecteur, par contre, serait de connaître l’existence non pas une bande-son du livre, mais d’une vibration sonore indissociable des mots, capable de raviver les souvenirs, au même titre que des retrouvailles avec un lieu ou une personne.

Laisser un commentaire